Devenez concessionnaire

Éco prêt à taux zéro

Publiée le 12/03/2019

Éco prêt à taux zéro : des conditions allégées pour un accès plus simple…
Profitez-en pour isoler vos combles et faire des économies d’énergies !

Prorogé jusqu’en 2021, l’éco prêt à taux zéro (éco-PTZ) est un financement à taux d’intérêt nul proposé par le gouvernement, dans l’optique d’inciter les Français à la rénovation énergétique. Auparavant, on y prétendait sous certaines conditions assez strictes.

 

Rappel : en quoi consiste l’éco prêt à taux zéro ?

Destiné à tous les propriétaires (qu’ils soient bailleurs ou occupants), l’éco prêt à taux zéro est accordé sans condition de ressources. Il avance une partie des travaux de rénovation énergétique avec un crédit sans intérêt, plafonné à 30 000 €.

Ce levier est disponible pour toutes les personnes qui souhaitent réhabiliter un logement utilisé à titre de résidence principale, achevé avant le 1er janvier 1990. Plusieurs travaux aboutissant sur une amélioration des performances énergétiques de l’habitat, comme l’isolation de la toiture et des planchers bas, le remplacement du système de chauffage ou encore la pose d’un système de production d’eau chaude sanitaire avec les énergies renouvelables, permettent d’accéder à cette aide.

Afin de prétendre à l’éco PTZ, le demandeur doit obligatoirement solliciter une entreprise du bâtiment détenant la mention RGE, signifiant Reconnu Garant de l’Environnement), excepté pour les réhabilitations du système d’assainissement non collectif.

 

Comment l’éco PTZ a-t-il été assoupli ?

Dès le 1er mars 2019, il devient possible de demander ce crédit pour un chantier unique, alors même qu’il fallait auparavant envisager un bouquet de travaux (avec au moins deux opérations éligibles).

Mieux encore, à partir du 1er juillet 2019, une nouvelle disposition viendra rendre ce prêt plus abordable. En effet, la liste des travaux éligibles va s’agrandir. Elle comprendra notamment :

- L’isolation de la totalité de la toiture

- L’isolation d’au moins 50 % de la surface des murs exposés à l’extérieur

- L’isolation d’au moins 50 % des parois vitrées et le remplacement des ouvertures donnant sur l’extérieur (portes, baies)

- L’installation, la régulation ou le remplacement du système de chauffage ou de production d’eau chaude par une méthode plus performante